lundi 1 octobre 2012

Statues vivantes

Les féministes mangent le morceau, 8 mars 2012, Toulouse

10 commentaires:

'Tsuki a dit…

8 mars ?! Elles ont dû avoir sacrément froid, les pauvres...

(J'aime pas ce genre de provoc' se mettre à poil pour expliquer un truc, je trouve ça terriblement suspect.)

François le Niçois a dit…

Étrange autant qu'insolite. J'aimerais savoir quels sont ces textes dévorés par ces papivores.

Gine a dit…

Militantes...

suzanne a dit…

Ça fait un peu peur quand même !:-)

Amartia a dit…

Un peu trop poupées de cire, poupées de son, à mon goût, mais je comprends et je soutiens l'idée.

Monika Swuine a dit…

Sympa, la photo ! Assurément un mode d'action qui attire les regards, mais peut-être pas très adroit sur le plan politique !

zoé lucider a dit…

Elles mangent du papier pendant que des femmes, au dessous (elles sont perchées sur un mur) décrivent le surcroit d'embrouilles que les femmes sans papiers endurent. la nudité était un clin d’œil solidaire
aux ukrainiennes "En Ukraine, les opposantes à Ianoukovitch se dénudent pour protester contre le viol de la démocratie de leur pays ".
On me pose la question, je répond.

anne des ocreries a dit…

héhé ! belle harmonie, et ça devait valoir le déplacement. ^^

Monika Swuine a dit…

Merci, Zoé...

FotoKrat a dit…

de brique et de broque,
et pis d'abord, elles sont pas nues, ça choque plus ou ça choque moins ? c'est pas beau, en tout cas, mais c'est pas fait pour!
mais si ça fait réagir et avancer un peu (mais est-ce le cas?).. espérons, toujours...