vendredi 2 mars 2012

j'écris ton nom

10 commentaires:

Amartia a dit…

On ne l'écrira jamais assez.

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS a dit…

C'est vrai, il faut proclamer la Liberté et s'accaparer les mur est une façon de la revendiquer.

Roger

suzanne a dit…

Voilà comment utiliser un mur de manière efficace !

anne des ocreries a dit…

Fantastique ! C'est magnifique qu'il y ait un mur comme ça quelque part !

manouche a dit…

Inspirant.

Gine a dit…

C'est beau !

Monika Swuine a dit…

Un désir, une prière... Oui, c'est beau

Sar@h a dit…

Ma liberté
Longtemps je t'ai gardée
Comme une perle rare
Ma liberté
C'est toi qui m'as aidé
A larguer les amarres
Pour aller n'importe où
Pour aller jusqu'au bout
Des chemins de fortune
Pour cueillir en rêvant
Une rose des vents
Sur un rayon de lune

Ma liberté
Devant tes volontés
Mon âme était soumise
Ma liberté
Je t'avais tout donné
Ma dernière chemise
Et combien j'ai souffert
Pour pouvoir satisfaire
Tes moindres exigences
J'ai changé de pays
J'ai perdu mes amis
Pour gagner ta confiance

Ma liberté
Tu as su désarmer
Toutes mes habitudes
Ma liberté
Toi qui m'as fait aimer
Même la solitude
Toi qui m'as fait sourire
Quand je voyais finir
Une belle aventure
Toi qui m'as protégé
Quand j'allais me cacher
Pour soigner mes blessures

Ma liberté
Pourtant je t'ai quittée
Une nuit de décembre
J'ai déserté
Les chemins écartés
Que nous suivions ensemble
Lorsque sans me méfier
Les pieds et poings liés
Je me suis laissé faire
Et je t'ai trahie pour
Une prison d'amour
Et sa belle geôlière

Et je t'ai trahie pour
Une prison d'amour
Et sa belle geôlière


Georges Moustaki

Anne-Ma a dit…

J'y vois comme un hommage à Paul Eluard et son poème Liberté. Il est beau, ce mur. J'aime beaucoup.

'Tsuki a dit…

Ouais, mais il ne suffit pas de l'écrire, hélas.