dimanche 1 janvier 2012

Sur la route...

18 commentaires:

anne des ocreries a dit…

Oh, quel souvenir ! ces promenades digestives d'après les repas de famille, le long de la grand-route qui traverse le bourg.....quelle belle image du jour de l'an !

Françoise a dit…

j'adore ce cliché, les souvenirs anciens remontent à la surface.
Bonne année.

Anne-Ma a dit…

Une route qui offre un p'tit air de nostalgie. Une belle photo.

Bonne année, Fotokrat

alterdom a dit…

étonnante et tout aussi réussie, on dirait une version de la photo suivante...

manouche a dit…

En prenant de l'âge les dames ont changé de bois!

Rénica a dit…

un air rétro pour cette jolie route en n&b l'impression est là...

Robert Geiss a dit…

excellent !


daily athens photo

Gine a dit…

Très nostlagique, en effet ! On dirait une très ancienne photo ...

FotoKrat a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
FotoKrat a dit…

Merci à toutes et tous pour vos commentaires,
je vous souhaite une longue et belle route(...)pour cette nouvelle année. Impressionnant en effet le parallèle avec le cliché de "Manzelle". Je confirme, Giné, la photo a un certain âge (début des années 80). Anne, tu étais là??? Bizes à Toutes, et Bonne année Robert, en espérant que le soleil brille sur Athènes.

François le Niçois a dit…

J'aime bien la flèche qui demande aux automobilistes d'épargner les mamies en promenade.
Bonne année avec d'aussi bonnes photos

Nanzelle a dit…

Toutes les apparences sont contre moi, mais promis, je n'ai pas copié!

anne des ocreries a dit…

je dois venir d'une famille aux mêmes rituels, vois-tu....:)

Amartia a dit…

Là, on dirait le chemin des écolières, même si elles semblent avoir quitté l'école depuis longtemps. J'aime bien l'atmosphère.
Bonne route à toi en 2012

McDoodle a dit…

Intemporel.
Bonne année !

suzanne a dit…

Comme une carte postale vers ... une douce nouvelle année.

Sar@h a dit…

Ça me fait penser à cette poésie :

Les écoliers

Sur la route couleur de sable,
En capuchon noir et pointu,
Le 'moyen', le 'bon', le 'passable'
Vont à galoches que veux-tu
Vers leur école intarissable.

Ils ont dans leurs plumiers des gommes
Et des hannetons du matin,
Dans leurs poches du pain, des pommes,
Des billes, ô précieux butin
Gagné sur d'autres petits hommes.

Ils ont la ruse et la paresse
Mais l'innocence et la fraîcheur
Près d'eux les filles ont des tresses
Et des yeux bleus couleur de fleur,
Et des vraies fleurs pour leur maîtresse.

Puis les voilà tous à s'asseoir.
Dans l'école crépie de lune
On les enferme jusqu'au soir,
Jusqu'à ce qu'il leur pousse plume
Pour s'envoler. Après, bonsoir !

Maurice Fombeure

le bourdon masqué a dit…

pas très prudentes... j'en frissonne.